Que faut-il retenir sur le syndrome du choc toxique ?

À quoi correspond le syndrome du choc toxique (SCT) lié aux règles ? Tu en as peut-être déjà entendu parler. Tout d’abord, le but n’est pas d’inquiéter outre mesure. Il s’agit d’informer sur cette maladie infectieuse rare. Quelles sont les causes du syndrome du choc toxique ? Il peut survenir lors de l’utilisation prolongée de certaines protections hygiéniques comme le tampon ou la coupe menstruelle. Adopter les bons gestes et habitudes lors des menstruations permet de l’éviter. En effet, il existe des alternatives comme les culottes de règles.

Qu’est-ce que le syndrome du choc toxique ? 

Quelle est la définition du syndrome du choc toxique ? Cette grave maladie se déclare lors des menstruations dans certaines conditions. Des protections hygiéniques internes peuvent en être à l’origine. Cette infection se produit chez des femmes porteuses de bactéries S. aureus, c’est-à-dire certains staphylocoques dorés. Ces germes sécrètent des toxines TSST-1. Le syndrome du choc toxique staphylococcique peut donc survenir lorsque le sang stagnant entraîne la prolifération des bactéries. Le risque de voir ces dernières se multiplier est réel.

Quelles sont les causes du syndrome du choc toxique ? 

Bien souvent les femmes ne savent pas que la bactérie S. aureus est présente dans leur microbiote vaginal. Si une patiente porteuse de ce germe met un tampon ou une coupe menstruelle de façon trop prolongée, le syndrome du choc toxique peut se produire. En effet, le sang stagne au niveau du vagin pendant plusieurs heures et n’est pas évacué. La bactérie reste elle aussi bloquée et diffuse donc ces toxines TSST-1 dans le corps via le sang. Les organes vitaux peuvent alors être touchés.

Pourquoi est-il aussi appelé la maladie du tampon ?

La présence de ces staphylocoques dorés et l’utilisation prolongée du tampon favorisent la possibilité d’un SCT. Voilà pourquoi, il est également appelé maladie du tampon. Si tu utilises cette protection hygiénique, voici quelques règles :  

  • lire la notice avant toute utilisation ;

  • veiller à changer de tampon toutes les 4h ;

  • il est également préférable de ne pas en porter la nuit. 

Le syndrome du choc toxique staphylococcique et la coupe menstruelle 

Quelles peuvent être les autres causes du syndrome du choc toxique ? La coupe menstruelle est également une protection à insérer dans le vagin. Comme indiqué précédemment, en cas d’une mauvaise utilisation et de la présence de la bactéries S. aureus, le choc toxique peut se déclarer. Il est donc primordial de suivre les recommandations : 

  • bien laver la coupe menstruelle entre chaque utilisation ;

  • la stériliser en la faisant bouillir notamment ;

  • ne pas la porter plus de 6h à 8h d’affilée.

Reconnaître les symptômes du syndrome du choc toxique

Les signes avant-coureurs du syndrome du choc toxique sont les suivants : maux de tête et de gorge, vertiges, diarrhées, vomissements, forte fièvre, douleurs musculaires, éruption cutanée, baisse de tension… En cas de symptômes, il faut retirer la protection hygiénique et agir rapidement afin d’éviter la propagation de l’infection aux organes vitaux. Il est important que tu sois informée pour pouvoir en parler aux médecins. En effet, le choc toxique peut être confondu avec une grippe ou une gastro. 

Les heures sont comptées pour une bonne prise en charge et l’administration d’antibiotiques. Les conséquences de cette maladie infectieuse rare peuvent être très graves : amputations, décès… En 2017, d’après la rubrique santé du Figaro, 23 cas ont été comptabilisés en France. Il s’agit souvent de très jeunes femmes. À noter que 1 % environ des femmes ont ce staphylocoque doré (source Inserm.fr). De plus, certaines n’ont pas le niveau d’anticorps nécessaire pour lutter contre cette infection. 

Comment éviter la maladie du tampon ? 

« Tante Sophie est en ville », « Les anglais ont débarqué ». Voici quelques expressions utilisées pour indiquer la période des menstruations. Heureusement, ce sujet devient de moins en moins tabou, et le terme « règles » plus présent. En effet, il est nécessaire d’en parler librement notamment avec les jeunes filles : saignements, durée du cycle, syndrome du choc toxique… La prévention et la parole sont primordiales. Tu peux également opter pour une alternative comme les culottes de règles. 

La culotte menstruelle :  la révolution des protections hygiéniques !

Bien qu’il reste rare, il est important d’en savoir plus sur le choc toxique. Choisis la protection hygiénique qui te convient le mieux tout en respectant les consignes d’utilisation. Pourquoi ne pas tester ta culotte de règles? Elle est révolutionnaire, confortable, absorbante… L’essayer, c’est l’adopter ! Tu ne pourras plus t’en passer !